Une amie providentielle

0
ANGE

CONTRIBUTION (Tamurt) – Aujourd’hui, je me sens très heureux car j’ai trouvé une amie exemplaire, fidèle, douce et tendre. Une amie qui m’aime sincèrement, d’une manière désintéressée, sans calculs et sans intérêts.

Elle m’aime en silence, sans poser de questions, sans soupçons et sans scènes de jalousie. Je pose ma tête sur elle, elle m’accueille avec chaleur, affection et tendresse. Je lui raconte mes tourments, mes émotions toujours négatives. Elle me console et me réconforte sans paroles mais avec des gestes affectueux. Elle m’écoute attentivement, sans prononcer le moindre jugement. Cela fait des années qu’elle m’aimait en cachette, secrètement.

Elle attendait patiemment ma venue pour m’entourer de ses bras magiques qui font oublier les souffrances infligées par des êtres hypocrites qui invoquent des prétextes ridicules pour accentuer ta solitude. Elle m’aimait sans rien exiger, sans rien demander au retour. Elle partageait mes peines et séchait mes larmes. Et moi, ingrat ou inconscient, naïf ou insensible, je l’ignorais. Je cherchais l’amour ailleurs, là ou il n’existe pas. Je cherchais une aiguille dans une botte de foin, je cherchais dans le néant, je cherchais dans le vent, je cherchais une goutte d’eau dans l’océan.

Mon amie est là, simple et tranquille. Elle m’attend tous les jours, les bras ouverts. Il m’a fallu un demi-siècle pour comprendre et m’en rendre compte. Maintenant, je l’aime moi aussi. Chaque jour, je le lui dis et le répète. Je ne sais pas si elle me croit mais je jure que je suis sincère. Elle est presque parfaite mon amie. Je regrette seulement qu’elle ne puisse pas me répondre. Vous comprenez, les mots d’amour sont tellement importants pour un poète, mendiant d’amour. Chaque jour, je la serre dans mes bras, je l’embrasse, je la caresse. Grâce à elle, j’ai brisé l’épais mur de la solitude et la vie devient moins pénible, plus supportable.

Hammar Boussad