Ferhat Mehenni au Libre Média : « Les grands médias devraient s’ouvrir à l’histoire de la Kabylie »

0
1444
Ferhat Meheni
Ferhat Meheni

CANADA (TAMURT) – Dans un entretien accordé, récemment, au journal électronique canadien Libre Média, le président du MAK, Ferhat Mehenni, a appelé les grands médias occidentaux à s’intéresser davantage au dossier kabyle, tout en déplorant un « encerclement de la Kabylie sur le plan informationnel ».

Interrogé le 25 juin dernier par Libre Média sur l’objectif de sa récente visite au Canada (12 au 26 juin), le président du Gouvernement provisoire kabyle (GPK) a annoncé que sa tournée en Amérique du Nord s’inscrit dans le cadre de l’internationalisation de la question kabyle et de la sensibilisation de la communauté internationale sur la répression pratiquée par le régime algérien en Kabylie. « Mon but est d’attirer l’attention de l’opinion publique internationale sur les crimes de guerre du pouvoir colonial d’Alger », a-t-il répondu à la question du journaliste de Libre Média, Jérôme Blanchet-Gravel. Pour le leader indépendantiste, l’Algérie a commis en terre kabyle de graves violations des droits humains. Détaillant son propos, le président du MAK a rappelé aux lecteurs de Libre Média l’épisode de la pandémie du Covid-19, où le pouvoir algérien avait délibérément bloqué l’envoi de matériel médical, acquis par la diaspora kabyle, en destination de la Kabylie, et ce, pour « laisser mourir des kabyles ».

Pour Ferhat Mehenni, ce qui s’est passé lors de la pandémie du Covid-19, les incendies criminels de l’été 2021, qu’il impute à la junte d’Alger, et lesquels avaient fait des dizaines de morts, s’inscrivent dans le cadre de l’opération ‘’zéro kabyle’’. « Le pouvoir colonial a mis à exécution l’opération zéro kabyle. En août 2019, ce plan a fait l’objet d’un séminaire dans la ville de Mostaganem (l’Ouest algérien) avec des gens proches du pouvoir. […] Il s’agit essentiellement d’un plan génocidaire », a tranché le président du MAK-GPK, interviewé par Libre Média. Le but du régime algérien à travers cette opération génocidaire est de pousser les kabyles au maquis. Un plan voué à l’échec, selon le chef indépendantiste. « L’accès de la Kabylie à l’indépendance doit être pacifique, parce que les provocations du régime algérien sont un piège pour nous amener à prendre les armes. Nous sommes des hommes et des femmes de paix et nous refusons de verser dans la violence », a-t-il affirmé, tout en accusant les autorités algériennes d’avoir orchestré et mis en exécution le lynchage du jeune de Miliana Djamel Bensmaïn, à Larbaa Nath Irathen (en Kabylie), pour justifier sa répression contre les militants indépendantistes kabyles.

Par ailleurs, Ferhat Mehenni a déploré le fait que les médias occidentaux se focalisent sur le conflit en Ukraine, en oubliant que d’autres peuples sont victimes de violations des droits humains à l’instar du peuple kabyle. « Il y a comme un encerclement de la Kabylie sur le plan informationnel. […] On nous empêche d’accéder aux médias internationaux pour témoigner des violations des droits humains commises par le pouvoir algérien », a-t-il déploré, tout en appelant ces médias à s’intéresser au dossier kabyle : « Les grands médias devraient s’ouvrir à l’histoire de la Kabylie. Il n’y a pas juste le Tibet et l’Ukraine », a-t-il insisté.

Lyes B.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here