FFS : Le fils d’Ait Ahmed défend Chafâa Bouaiche

0
Chafaa Bouaiche
Chafaa Bouaiche

ALGÉRIE (Tamurt) – Le fils du leader du Front des Forces Socialistes (FFS), Hocine Ait Ahmed,  continue de s’exprimer publiquement sur les questions internes au parti et à prendre des positions qui vont, ces derniers temps, à contre-courant des décisions que prend le présidium de cette formation politique qui ne cesse de péricliter, surtout depuis le décès de l’un des ses fondateurs.

En effet, après une récente sortie publique où Jugurtha Ait Ahmed, fils de l’ancien président du parti, s’exprimait sur la situation de la formation politique, la même personnalité revient à la charge, cette fois-ci, pour prendre la défense de Chafâa Bouaiche qui vient de faire l’objet d’une exclusion des rangs du FFS. Mais pas seulement. Avec un style d’écriture saccadé et avec concision, Jugurtha Ait Ahmed dénonce l’exclusion de Chafâa Bouaiche et en même temps, il tire à boulets rouges sur le présidium du FFS.

Ce dernier est accusé par Jugurtha Ait Ahmed de s’adonner à la culture du caporalisme et du centralisme démocratique. En revanche, Jugurtha Ait Ahmed fait pleuvoir les éloges en direction de Chafaâ Bouaiche : « merci pour ton engagement exemplaire, ton courage. Tu n’as rien à te reprocher, bien au contraire. Ta parole libre et responsable est incompatible avec la culture du caporalisme… ».

Jugurtha Ait Ahmed a toutefois oublié de nous éclairer sur un point essentiel : qui a produit cette culture qu’il décrie tant aujourd’hui ? Comment d’un parti démocratique qui véhiculait tous les espoirs, le FFS est-il devenu une coquille vide où l’on assiste chaque jour à des actes regrettables qui démontrent à quel point ce parti n’a absolument rien à voir avec la démocratie ? Si le FFS est devenu aujourd’hui ce qu’il est, ce n’est sans doute pas parce que, pendant plus de quarante-cinq ans de règne absolu de Hocine Ait Ahmed, il a fonctionné avec toutes les règles démocratiques possibles.

Tarik Haddouche