Mohcine Belabbas : « Bouteflika gère totalement l’Algérie »

20
Mohcine Belabbas

ALGÉRIE (Tamurt) – Le président du RCD et son parti ont complètement changé d’avis à propos de Bouteflika et sa maladie. Alors qu’auparavant ce parti a fait de l’application de l’article 88 de la constitution algérienne sur l’incapacité physique de Bouteflika d’assurer la gestion des affaires du pays, son cheval de bataille, aujourd’hui, il donne exactement le contraire de cette position. Mohcine Belabbas, dans une déclaration faite au journal le point,  affirme que « le chef de l’État algérien n’a jamais géré le pays comme il le gère depuis 2014.

La raison est très simple. Quel chef d’État algérien a osé réviser la Constitution aussi profondément comme l’a fait Bouteflika en février 2016 ? Et quel chef d’État a révisé la loi électorale pour exclure des partis politiques de la compétition électorale comme Bouteflika l’a fait? Rien de cela n’aurait pu avoir lieu si le chef de l’État ne dirigeait pas ». Une critique qui s’apparent beaucoup plus à un soutien à la version du régime selon laquelle Bouteflika est capable de gérer le pays. Pourquoi alors il n’a pas pu recevoir récemment la chancelière allemande n’est ce le temps de dix minutes ? Le président du RCD est allé même jusqu’à affirmer que « le problème en Algérie n’est pas lié au fait que le chef de l’État soit malade ou gravement malade ou pas du tout malade. Le problème se pose en termes de légitimité. Si on résout ce problème, le reste coule de source. Nous avons eu par le passé des chefs d’État qui n’étaient pas malades, mais qui étaient aussi illégitimes parce qu’ils étaient le fruit de la fraude électorale ».

Clair net est précis, le RCD a rallié le camp de Saïd Bouteflika et a abandonné celui de Toufik. Le président du RCD a tenu alors à défendre dans la presse étrangère  et Française la version du régime. Sa participation aux législatives n’est pas fortuite. Le changement de position de ce parti kabyle est certainement en contrepartie d’une promesse. Le nombre de sièges qui lui seront accordés prochainement à l’assemblée nationale nous dira plus. Sinon tout le monde sait que c’est Saïd Bouteflika et ses proches qui gèrent l’Algérie.

Ravah Amokrane