Khaled Nezzar rattrapé par la justice helvétique

3
1853
Khaled Nezzar
Khaled Nezzar

GENÈVE (TAMURT) – Le général Khaled Nezzar, ancien caporal de l’armée française durant la guerre de libération 1954-1962, est de nouveau convoqué par un juge fédéral suisse. Il est poursuivi pour crimes de guerre durant la guerre civile des années 1990 en Algérie.

Arrêté pour la première fois à Genève en 2011, son dossier a été classé en 2017, mais un juge fédéral a décidé de le poursuivre de nouveau puisque les crimes commis par Khaled Nezzar relève des crimes de guerre perpétrés durant la guerre civile. Au moins 24 victimes dont certaines torturées par les propres mains de Nezzar, ont porté plainte contre ce général dont le nom est toujours associé au crimes, torture, coup d’Etat, collaboration avec les services secrets de l’armée français…

Khaled Nezzar risque la prison en Suisse puisque le dossier présenté par les avocats des victimes est solide, estime la presse suisse. Nezzar risque même la prison, mais on sait bien que l’Algérie ne le livrera jamais à la justice helvétique. D’ailleurs, le ministre de la Justice algérien a déjà contacté son homologue suisse pour lui demander « de laisser tranquille le général Nezzar ». Pour le régime algérien, la Suisse n’a pas à s’en mêler des affaires intérieures algériennes. Les décideurs algériens n’ont jamais connu l’indépendance de la justice et pour eux, ce sont les décideurs qui gèrent la justice. Ils oublient qu’en Suisse personne n’a le droit de donner d’ordre à un juge.

Nezzar est impliqué dans des crimes de guerre et des conventions relatives aux droits de l’homme sont ratifiées par l’Algérie, donc Nezzar est susceptible d’être jugé en Suisse. Il n’a qu’à se défendre et à démontrer qu’il n’est pas un criminel.

Hocine Ait Ahmed, de son vivant, n’a jamais cessé de porter la responsabilité à Khaled Nezzar dans l’assassinat de 250 000 civils Algériens. Les généraux Khaled Nezzar, Toufik, Touati, Lamari, Chengriha., etc, sont même accusés par d’anciens militaires en fuite à l’étranger et Hocine Ait Ahmed les accuse d’avoir créé de faux groupes islamiques armées pour commettre des génocides contre les populations civiles durant les années 1990.

Le fils de Mouhamed Boudiaf, Nacer Boudiaf, avait même accusé le général Toufik et Khaled Nezzar d’avoir ordonné l’assassinat de Mouhamed Boudiaf en juin 1992.

Idir Yatafen

3 Commentaires

  1. Des capo et des sous-off devenus des généraux (de pacotille) predateurs et charognards qui ont pillé l’Algérie sans scrupule à l’insu de son développement, ils sont nombreux comme lui à vivre leur retraite dorée dans le paradis Suisse avec des comptes bancaires bien garnis de tout le pognon qu’ils ont détourné, de multiples biens immobiliers, des sociétés écrans, et leurs enfants instruits dans les meilleurs établissements scolaires. Le paradis Suisse pour cette bande de crapules de la pire espèce, de voleurs et de corrompus, et l’enfer arabo-islamique pour le peuple kabyle. C’est eux qui ont créé et instrumentalisé le FIS pour terroriser le peuple kabyle.

  2. Sont tres tolerants les Suisses, mais allergiques aux ardoises. Temps de passer a la caisse ! A mon avis, ils vont faire signe de davantage de tolerence et de comprehension qu’ils vont lui faire partager la cellule avec un de ses khawteks.

  3. Sans le consentement de ses maitres jamais Boudiaf
    ne serait mort. Il voulait libérer l’Algérie des généraux installés par fafa ,mais hélas pour lui déjà, il n’avait pas été assez rusé pour menez son projet à bon port.
    La maffia ne tolère aucun danger pour elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici