Répression anti-kabyle : Le procès en appel de l’enseignant Amara Mazi reporté à septembre prochain

0
1520
Amara Mazi
Amara Mazi

ALGER (TAMURT) – L’enseignant et militant kabyle Amara Mazi sera jugé en appel, le 19 septembre 2023, après le report de son procès, prévu initialement le 20 juin dernier. Faussement accusé de terrorisme par le régime algérien, il a été acquitté en décembre 2022 et libéré de la prison.

La chambre criminelle de deuxième instance près la cour d’Alger a décidé de renvoyer le procès en appel de l’enseignant kabyle Amara Mazi au 19 septembre de l’année en cours. La nouveauté dans ce dossier est qu’il ne sera pas jugé en criminelle, mais devant la chambre correctionnelle. En effet, et selon une source judiciaire, « il n’y a que le trésor public qui a interjeté un appel quant à son acquittement en première instance par le tribunal criminel de Dar El Beida (Alger) ». Pour rappel, cet enseignant de physique a été arrêté le 18 octobre dernier, à 9 heures, en classe et devant ses élèves du CEM Sud sis dans la ville de Tizi Wezzu. Il a été placé sous mandat de dépôt à la prison de Koléa (Tipaza). Il est poursuivi pour des accusations criminelles « d’appartenance au MAK », arbitrairement classé par la junte militaire d’Alger comme « organisation terroriste », ainsi que « d’atteinte à l’unité nationale » et « incitation à commettre des incendies criminels ».

Originaire du village Tifilkout, un haut lieu de la révolution kabyle contre le colonialisme français, Amara Mazi a été condamné par contumace à 20 ans de réclusion criminelle. Toutefois, il a fait appel de ce jugement inique, en affirmant qu’il n’a jamais été convoqué par la justice algérienne à comparaître.

Arezki Massi

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici