Commémoration du Congrès de la Soummam : Des militants FFS et des hirakistes se donnent en spectacle à Ifri

5
2115
66e anniversaire du Congtès de la Soummam
66e anniversaire du Congtès de la Soummam

OUZELAGUENE (TAMURT) – La commémoration du 66eme anniversaire de la tenue du Congrès de la Soummam, le 20 août 1956, a été marquée par des scènes désolantes et indignes dont les acteurs sont des militants du Front des forces socialistes (FFS) et des activistes du hirak algérien. Les antagonistes se sont donnés en spectacle, en échangeant des insultes dans ce haut lieu historique de la Kabylie.

Il s’en est fallu de peu pour que des partisans du FFS et des militants du hirak algérien en viennent aux mains, ce samedi 20 août, au village Ifri, dans la commune d’Ouzelaguene (Vgayet). Venus commémorer le 66eme anniversaire de la tenue du Congrès de la Soummam, les deux parties ont longuement échangé des invectives et des insultes. Des vidéos largement partagées sur les réseaux sociaux montrent des images de militants FFS, qui foncent sur des hirakistes, tout en scandant « Djazayer houra démocratia ».

De leur côté, les activistes du mouvement populaire algérien, qui s’est éteint il y a plus de deux ans, scandaient des slogans hostiles au parti cher au défunt Hocine Aït Ahmed. Ils ont notamment dénoncé le rapprochement du FFS du régime algérien, en criant à tue-tête dans un arabe algérien « Baâouha el khawana baâouha » (ils l’ont vendue les traîtres ils l’ont vendue). Pour rappel, la direction actuelle du parti socialiste a adhéré à l’initiative de la prétendue « main tendue » ou « Lem Echeml » lancée par le président algérien Abdelmadjid Tebboune. Le FFS s’est attiré les foudres, principalement en Kabylie, après sa participation aux dernières élections législatives et locales, organisées par l’Etat algérien.

Par ailleurs, le pèlerinage du RCD et du FFS à Ifri n’a pas drainé la grande foule comme autrefois. Le parti de Atmane Mazouz, qui a appelé « les algériens » à faire de ce rendez-vous «un moment de redéploiement », n’a pas réussi une grande mobilisation.

Aksil K.

5 Commentaires

  1. Le FFS est enterré avec son geniteur. Il est devenu un bidule encombrant. Quant au RCD c’est l’épicier du coin. Tout les deux ont échoué et n’ont plus leur place en Kabylie parce qu’ils n’ont plus rien à donner. Le plus grand gagnant c’est l’armée (et leur bequille islamiste). Elle est politiquement omnipresente partout y compris dans les toilettes. Et rien ne sera fait sans elle. l’Algerie lui appartient Ad vitam æternam. Couchez-vous! Il n y a plus rien à cirer. L’Algerie est une republique militaire islamiste (la Kalashninkov russe et le coran Sunnite). Un Iran bis, version sous-developpée et inculte.

  2. Il faudrait donner la JUSTE dimension historique du Congrès de la Soummam pour éviter de se faire récupérer.

    D’abord, ce congrès ne statue pas pour un Etat arabe futur ni même l’islamisme étatique. Le non-dit de ce congrès sont dans la tradition des Araches comme institutions de dernier recours une sorte – conseil de sécurité, qui est INDISSOCIABLE des autres valeurs de la Numidie, l’Amzighité, la laïcité, l’unité.

    La grande truffe est dans cette extrapolation des valeurs Amazighes, une par une pour les additionner à une autre vision d’Etat, celle arabislamique. Comme en témoigne ce symbole de Yennayer qui est dé-contextualiser de la vision pays de Jugurtha et Massinissa, auqquel on ampute cette valeur pour la subordonner à la oumma arabislamique. Le FFS/63 bien qu’il ne soit pas dans la visière arabislamique toutefois, il faut là aussi relativiser sa nature. C’était un soulèvement de peuple contre une dictature naissante après le coup d’Etat, l’unique région qui refusera la dictature qui repose sur le dogme de la « oumma ». En effet, les oulèmas soutiendront la horde de boumediene et benbella qui firent un massacre, plus de 400 membres de la famille Kabyle furent tués. Les oulèmas ont bien soutenu la « oumma » militaire arabe et islamique contre les démocrates Kabyles qui refusent le fait accompli de l force. Du reste, il faut aussi le dire, que l’armée de boumediene n’a rien de l’ALN, qui n’aurait jamais osé prendre le pouvoir contre le peuple, là aussi les valeurs déclarées parlent au travers les pratiques. Si hier le régime militaire et son idéologie de la « oumma » étaient contre la Kabylie aujourd’hui le régime veut reprendre le pouvoir même s’il ne l’a jamais quitté en moyennant la mystification de la continuité morale entre ALN et dictature qui dit clairement vouloir un « Etat militaire ». Cette embrouille entre FFS et HIrak a pour but de s’approprier du débat historique. Or, il ne peut y avoir d’Ifri et de sa convention démocratique dans un Etat islamique ni dans la « oumma ». Refusons la mystification si le FFS veut combattre pour un Etat démocratique, il devrait refuser de sièger dans les institutions où sont imposées les valeurs islamiques et où la langue de Massinissa est subordonnée à l’arabe, langue de l’islamisme qui tue. Morale, un pays, c’est une hiérarchie de valeurs en harmonie, ce qui les compose est : l’identité culturelle valeurs politiques et sociales qui trouvent une continuité entre individus et institutions. Parcontre le plateau visuel que propose le régime et ses alliés, au travers de ces diatribes arabo-arabes, c’est la substitutions de la « oumma » comme valeur fondamentale et des partis plus ou moins islamiques- tous egorgeront le mouton et prieront le vendredi et valorisent la « oumma », ce qui est vendu comme diversité d’opinion. Le régime veut dé-Kabyliser la Kabylie et il trouve ses alliés.

  3. En effet, un congrès quand bien meme il serait légitimes, ne peut en aucun cas introduire un choix identitaire, ce qui relvève du droit existentiel.

    Il y a donc une grande mystification politique. Si l’on a proposé un réferendum pour l’auto-determination pour l’indépendance, l’identité et la culture ne peuvent etre le fruit d’un congrès limité aux quelques personnes mais une question de peuple. L’arabislamisme vendra « la guerre de libération  » comme lutte de la « oumma » contre les chrétiens d’où la mystification des oulèmas qui arrivent en dernier et imposent leur pax, boumediene repose sur ce non-dit comme légitimation par le religieux pour contrer son illégitimité historique politique .

    1963 la résurection démocratique Kabyle signe le choix sociétal, celui de la de la laicité démocratie, alors que le régime militaire fera un massacre, avec le soutien des oulèmas, qui soutenaient le massacre au nom de la « oumma » contre les démocrates. Pas un seul homme politique des autres régions d’Algérie, d’où venaient la horde, n’avait osé défier la  » oumma » pour solidariser avec la Kabylie.Une rupture culturelle humaine. Les memes arabislamiques soutiendront leurs  » frères en islam au moyen orient.

    Ce congrès de la Soummam n’avait aucune legitimité pour introduire la notion d’Etat arabe ni d’islamisme comme source juridique. Voilà donc que 1963 est une rupture culturelle et politique avec la « oumma » qui avait soutenu la dictature arabe islamique contre la démocratie Kabyle. Quand on on un Mehri, arabiseur par excellence, dire que « c’était De Gaulle qui nous avait imposé l’arabisation », vous avez le contexte entier. De Abdelkader à boumediene en passant par messali et benbadis, tous ont un soutien dans le colonialisme et tous sont contre la dimension laique Amazigh et Kabyle. C’est le vrai et unique message du charnier d’Etat de 1963.

  4. Comment peut-on avoir une si courte mémoire….
    Après tout ce que les kabyles ,la faune la flore,les animaux et leur pays ont subi de la part du pouvoir diabolique depuis 62. Certains kabyles avides,aveugles,sans morale ni honneur se complaisent à le réhabilité pour leurs intérêts malgré toutes les humiliations et les traitements les plus extrêmes.
    Et ce au détriment des dignes hommes,femmes et enfants kabyles. A chaque que le pouvoir est en danger de disparition des zombies perfides le réhabilitent par leur compromission. Et dans ce cas,se servent de la mémoire de ceux assassinés par ce même pouvoir qui vient chier grâce à ces énergumènes sur le lieu sacré des vrais maquisards assassinés. Je n’espère qu’une chose…que
    la lâché de tous ces indignes sans frontières finira un jour de rattrapper ses opportunistes soumis qui se jouent l’avenir des millions de gens et d’une terre de liberté chérie qui continue d’en payer le prix. Un tribunal populaire devra les jugés. Le combat continue …

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici