Il a reçu une délégation du « Hamas » : Le FFS reprend langue avec les islamistes

0
FFS
FFS

ALGÉRIE (Tamurt) – Le Front des Forces Socialistes, initialement parti démocratique, ne sait plus sur quel pied danser. En effet, le parti, censé se battre contre le pouvoir algérien et en même temps contre les islamistes-obscurantistes, semble faire tout le contraire. Le FFS passe son temps à ménager le pouvoir algérien avec lequel il est devenu très gentil depuis quelques années déjà mais il vient aussi de franchir un autre pas très amical en direction des islamistes intégristes.

En effet, le parti, pendant longtemps qualifié comme étant le plus vieux parti d’opposition en Algérie, semble avoir changé de fusil d’épaule. Il vient de signer encore une autre retrouvaille avec  un parti islamiste : le MSP (Mouvement de la Société pour la Paix). En effet, ce lundi 23 juillet, les dirigeants du FFS ont reçu, dans leur siège national à Alger, une délégation du Hamas.

Ainsi, le parti démocratique ouvre grande ses portes à un parti islamiste dont l’idéologie et la sève même de son existence sont logiquement antinomiques et aux antipodes des principes ayant présidé à la création et à l’existence même du FFS. Le FFS, pour tenter de convaincre, a mis en avant ce qu’il appelle « l’initiative de construction d’un consensus national ».

Mais quel consensus peut construire un parti qui se dit démocrate avec un parti intégriste qui dénie même l’existence de la démocratie et qui ne reconnait théoriquement que la charia islamique comme mode de gouvernance. D’ailleurs, ce même parti du Hamas-MSP n’est pas doté d’un conseil national mais il fonctionne avec un conseil de la « Chourra ». Le FFS a-t-il perdu ses repères ? En tout cas, ces revirements et autres volte-face ne datent pas d’aujourd’hui.

En 1995 déjà alors que les islamistes livraient une guerre sans merci et féroce au peuple algérien, Hocine Ait Ahmed s’était réuni « fraternellement » à Saint Egidio avec les plus grands chefs islamistes de l’époque dont Anouar Haddam et Abdallah Djabballah mais aussi Ahmed Ben Bella et Abdelhamid Mehri, qui était le secrétaire général du FLN. On finira sans doute par donner entièrement raison à Bessaoud Mohand-Arab qui avait titré l’un de ses livres : « FFS, espoir et trahison ».

Tarik Haddouche