Manifestations nocturnes à Bgayet et Tizi Ouzou

9
Manifestation en Kabylie
Manifestation en Kabylie

KABYLIE (TAMURT) – Hier jeudi, en soirée, les deux principales villes de Kabylie ont vécu au rythme des manifestations nocturnes contre le pouvoir et ses symboles honnis. Aussi bien dans la ville de Bgayet qu’à Tizi Ouzou, les citoyens ont investi la rue dès le début de la soirée en attendant les marches devant avoir lieu aujourd’hui. Par ailleurs, de nombreuses arrestations de manifestants ont été opérées à Alger pendant la nuit.

Le choix de la soirée d’hier pour manifester n’est pas fortuit. Il s’agit de manifestations ayant eu lieu presque simultanément avec les activités officielles de minuit organisées par les autorités locales civiles et militaires dans le cadre de la célébration de l’anniversaire du déclenchement de la guerre d’indépendance. D’ailleurs, dans la ville de Bgayet, les manifestants ont choisi de diriger leur marche nocturne d’hier soir vers la Place Gueydon où se tenaient les activités officielles en question. Quant à la ville de Tizi Ouzou, c’est au niveau de la place de l’ancienne mairie que les manifestantes et les manifestants se sont regroupés.

Dans les deux villes, les manifestants, à travers plusieurs slogans ont réaffirmé leur revendication inhérente au départ de tout le système et personnel politique qui dirige le pays, le rejet ferme des élections présidentielles prévues le 12 décembre prochain ainsi que l’exigence de la libération de tous les détenus politiques ayant été incarcérés pour avoir brandi le drapeau amazigh lors des différentes marches ayant eu lieu à Alger particulièrement depuis le début du mois de juin dernier.

A Alger des dizaines de manifestants qui étaient rassemblé devant la « Grande poste », au centre de la capitale ont été embarqués par la police. Un dispositif sécuritaire des plus impressionnants était déployé un peu partout dans la capitale où les automobilistes étaient systématiquement soumis à un contrôle rigoureux. Une ambiance de véritable état de siège !

Tarik Haddouche

9 COMMENTAIRES

  1. Ils savent que le jeu est perdu d´avance, leurs va vient de vendredi qui dure depuis 9moi est inutile mais les gens ordinaire par naiveté continuent de se cassé les couilles et les gens qui sont au pouvoir ont bien compris cea!

  2. @Nasser, Bande? C’est votre régime qui est une bande. Raciste, pareil c’est votre arabisme qui est le racisme systématisé. Nigaud, nous ne nous prosternerons jamais devant votre misérabilisme!

  3. On va vous donner le pouvoir à un câble sa serait lieu non. Vive l, Algérie et vive les arabe et incha Allah tous s, arrange bande de raciste

  4. Une grande mystification! Elle consiste en superposer les valeurs. Ainsi pour mieux occulter l’ État kabyle vécu intimement on insiste sur la guerre 54/62, comme fondement de l’ État arabe. Qui occupe l’ État induit ses valeurs, comme ça on nous fait avaler l’ arabe comme vêtement mental et le jeu est consommé au niveau individuel. Win iregmen thajmath yesserdhitss
    Novembre décembre janvier février…..

  5. Deloger le pouvoir en place est en soi une bonne et souhaitable chose.Mais le remplacer par un autre arabo islamiste ne pourrait etre que pire.Dans cette pespective la kabylie ne pourrait sauver les meubles que par l independance./

  6. Les kabylistes et les algérianistes manifestent côte à côte, les drapeaux nationalistes nostalgiques de l’empire turc-ottoman se mêlent aux drapeaux kabyles et amazigh. Ça sent la récupération. Les revendications kabyles sont étouffés et tuées dans l’œuf, comme depuis 1962.

  7. La gestapo qui veut se recycler donc elle crée une sorte d’onde anomale. Le régime tire les ficelles sinon on aurait vu un nouveau personnel politique, or c’est exactement la meme configuration de l’Algérie drapeau de Messali et dogmatisme révolutionnaire pour anesthésier les masses.

  8. Ces révoltes et manifestations kabyles rassemblent toutes les formes de contestations. On peut voir manifester au même côté des pro-kabyles souverainnistes et des pro-arabo-islamistes ultra-nationalistes. C’est très hétérogène, je ne ressent pas une réelle unité, mais plutôt un rassemblement de tous les formes de mécontentement et de toutes les frustrations. Tout le monde monde s’accorde à vouloir le départ de Gaid Salah, mais on ne comprend pas très bien pourquoi, et après que se passera-t-il ? Quelle en est la finalité ? Qui seront les remplaçants ? Avec quel projet ? Le pouvoir va bientôt ouvrir un bureau des pleures, et tout le monde rentrera dans le rang. C’est comme ça depuis 1962.

COMMENTER

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez entrez votre nom ici