Il défend le ministre limogé : Amara Benyounes dit que c'est lui qui est visé

7
235
Amara Benyounes

ALGÉRIE (Tamurt) – Suite à l’éclatement de l’affaire du désormais ex-ministre du tourisme, Messaoud Benagoune, issu du MPA de Amara Benyounes, plusieurs observateurs en Algérie se sont interrogés s’il ne s’agissait là que d’un épisode parmi tant d’autres de la guerre des clans qui aurait repris de plus belle en perspective des élections présidentielles de 2019.

Mais pourquoi donc Amara Benyounes et son parti, le MPA,  seraient-ils visés, dès lors que ce dernier soutient d’une façon zélée le clan du Président Bouteflika. Les choses seraient plus compliquées car la guerre larvée que se livreraient les clans, en ce moment, dans l’optique des présidentielles de 2019, sont loin de se résumer au clan de Bouteflika et à un autre qui s’opposerait à ce dernier. En tout état de cause, et contre toute attente, la réaction de Amara Benyounes, ce lundi, quant à l’affaire du ministre qu’il a lui même proposé au gouvernement de Abdelmadjid Tebboune confirme que l’affaire de Messaoud Benagoune est plus complexe que l’on puisse le croire. C’est le cas de le dire car Amara Benyounes, en réagissant, ne s’est pas limité à se défendre et à s’en laver les mains en disant par exemple qu’il ignorait tout des antécédents judiciaires de Massaoud Benagoune. Amara Benyounes, bien au contraire, a pris la défense de ce dernier. Il est évident que dans ce genre d’affaires, « on » a dicté à Amara Benyounes ce qu’il doit dire et surtout ce qu’il ne doit pas dire. La preuve, il a attendu plus de vingt-quatre heures pour réagir malgré la gravité de cet événement, d’un genre inédit dans les annales, non seulement en Algérie mais dans le monde entier.

Ainsi, Amara Benyounes a estimé qu’il s’agissait tout simplement d’une campagne « infâme et un acharnement indigne » à l’encontre de Messaoud Benagoune du MPA et de son président. Le président du MPA a rappelé que Messaoud Benagoune a été candidat aux dernières législatives dans la wilaya de Batna et qu’il avait de ce fait systématiquement satisfait toutes les conditions pour être candidat notamment présenté un casier judiciaire « vierge ». Amara Benyounes, fait mine de s’interroger (alors qu’il les connait sans doute) qui sont les auteurs de « cette machination diabolique qui a jeté en pâture  l’honneur d’un jeune  militant dont le seul tort  est de vouloir servir son pays. » « Qui sont les commanditaires qui cherchent à tromper l’opinion par des contrevérités infamantes ? Qui sont les commanditaires qui, au nom de la lutte contre la corruption, cherchent à nuire à un parti, le MPA ? », souligne Amara Benyounes qui ajoute avec certitude : « Messaoud Benagoune n’est ni un délinquant, ni un corrompu, si vous cherchez les corrompus, vous le savez, ils sont chez vous ». Par « vous », Amara Benyounes veut parler de qui exactement ? Il ne réponde pas. Mais il suffit de lire entre les lignes la réaction d’Amara Benyounes pour comprendre et conclure que l’affaire du ministre Messaoud Benagoune revêt une dimension plus étendue que l’on puisse le croire. L’avenir proche nous donnera sans doute les détails de ce coup fatal dont Amara Benyounes a été la cible de la part du clan fort du pouvoir algérien. Pour le moment.

Tahar Khellaf  

7 COMMENTS

  1. Oh le pauvre!
    Voila une belle leçon qui défini correctement c’est quoi un système de gouvernance opaque. Et aussi
    C’est quoi le nihilisme, le népotisme, le léchage des bottes. Depuis le début il n’arrêtait pas de défendre Bouteflika et il fait son chien de garde, il a craché sur son ancienne vie politique, pour plaire à ces maîtres.
    Maintenant qu’on se fou de lui on rit de lui on l’humilie devant le monde entier, il continue comme même à soutenir ses maîtres, et en plus à indexer des ennemies invisibles qui veulent nuire à son député et à son parti. Mais y a derbouka c’est Bouteflika lui même qui l’a limogé! On le sait que Bouteflika n’ a ni la tête ni la force pour signer un papier. Ça le peuple Algérien est au courant, mais toi! si tu le sais pourquoi tu soutiens Bouteflika? Donc tu soutient une force invisible avec l’image de Bouteflika, et tu te plaint à la force invisible contre une autre force invisible sans l’image de Bouteflika.
    Il est ou la transparence dans tes affaires? Ayaken anekhdem la politique! Toz toz Amara

  2. Benyounes est un sous fifre de dernière catégorie, il n’a aucun poids politique puisque pas de militants. Que des opportunistes qui vont à la soupe une fois tout les 5 ans. Pour la façade  » démocratique  » du pouvoir on fait appel à ce genre de roquet mais puisque les islamistes ne veulent pas donner leur caution, alors le pouvoir ne s’embarrasse plus de ce genre d’individu.

  3. Laissez le gagner sa vie le pauvre homme parce que, comme tout individu, M. Benyounès à une famille à nourrir. Et puis ce n’est pas facile et ce n’est pas donné à tout le monde de jouer à l’adhérent-opposant tout en donnant des coups de lèches quand il faut et là ou il le faut, sans qu’on vienne vous chercher par la main, et sans qu’on vous indique l’heure et le lieu.
    Vous êtes de méchantes langues qui ne savent que médirent.

  4. l´amnestie du clan fait l´extension vers la Libye , un ami sera libéré ! les éfforts de Messahel et ces négociations :

    lire

    Le procureur général au ministère de la Justice du Gouvernement d’union nationale (GNA), Aïssa Al-Saghir, a annoncé aujourd’hui qu’il considérait Saïf Al-Islam Kadhafi comme un citoyen libyen libre par la force de la loi. Aussi, a-t-il appelé le bataillon «Abu Bakr Al-Seddik», qui assure la sécurité de la prison où se trouve Saïf Al-Islam, de libérer le fils de Mouammar Kadhafi. Ce bataillon, a-t-il dit, doit maintenant conduire Saïf Al-Islam dans un lieu sûr et veiller à sa sécurité personnelle.

    Le procureur général au ministère de la Justice du GNA a soutenu que la décision de libérer Saïf Al-Islam Kadhafi se fonde sur la loi d’amnistie générale adoptée en 2015. Le responsable libyen a également fait savoir que dans le cadre de l’activation de la loi d’amnistie générale, l’ex-ministre de la Justice dans le GNA avait déjà envoyé une lettre aux responsables chargés de la gestion des prisons dans la région de Zintan pour leur demander la libération de Saïf Al-Islam.

  5. Cette histoire de Ministre avec un casier judiciaire douteux est une invention de la Chaîne « EN-NAHAR » gérée par le un fils de HARKI pour le compte de Mr SAID BOUTEF, qui ne veut nuire au K.D.S. Mr AMARA Benyounes.

    Notant que Said BOUTEF deteste à mort ce KDS, pour des raisons obscures….!!!

  6. Vous dites que le Ministre du Tourisme est limogé car iul entre autre il n’a pas de diplôme universitaire .
    Vous parler de diplomes et de niveau d’étude pour etre nommé sur un poste supérieur ?!
    Sachez que ce désormais ex ministre n’est pas le seul !
    L’actuel DIRECTEUR de l’éducation(Directeur de l’académie) de BATNA est illettré et n’a dans son dossier qu’un extrait de naissance.
    Malgré que l’attention de la ministre est attirée,il es toujours en poste.
    Pourtant l’académie chapeaute le savoir cru.
    Citez nous un seul pays dans le monde ou on nomme un analphabète à la tete d’une académie.
    Ne vous étonnez pas outre mesure.Le pays touche le fond dans tout les domaines.
    Tout est faux dans ce bled.

  7. Est-ce que monsieur Amara Benyounes connait l’âge se son ministre? Est-ce que 32 ans comme l’a affirmé le communiqué du premier ministre faisant de lui le plus jeune ministre du gouvernement? Ou bien 34, 35 ou 37 comme l’ont affirmé les différents journaux électroniques. Ou enfin 38 ans comme le mentionne la date de naissance inscrite sur le casier judiciaire de monsieut le ministre. Comment des gens, comme monsieur Amara Benyounes, qui sont incapables d’avoir la date de naissance de leurs candidats, prétendent pouvoir gérer les destinés du pays?

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here